L’âge des miracles (Karen Thompson Walker)

L'âge des miracles

Lecture débutée le 08 et finie le 17  janvier 2013

Editions Presses De La Cité ; Young Adult

329 pages

Résumé :

« Il se peut que tout ce qui nous est arrivé, à ma famille et à moi, n’ait absolument rien à voir avec le ralentissement. C’est de l’ordre du possible. Toutefois, j’ai des doutes. De sérieux doutes. »

Un matin d’octobre apparemment comme les autres, j’ai découvert, avec le reste de la planète, que la Terre avait ralenti. Les jours et les nuits se sont allongés, la gravité s’est modifiée. C’est à ce moment que le chaos est entré dans ma vie : [ma meilleure amie a déménagé, mes parents se sont déchirés, mon grand-père a disparu… C’est aussi cette année-là que j’ai rencontré Seth, mon premier amour.] Je m’appelle Julia, et voici mon histoire.

Mon avis :

J’attendais beaucoup de ce livre. Je m’attendais à une lecture intense et sublime. A un coup de coeur, à quelque-chose d’unique… et je frôle la déception. Le coup est dur.

Pourquoi attendais-je tant de ce livre ? Je ne saurais vraiment l’expliquer, mais le résumé, la couverture et le thème abordé me semblait adéquat pour un moment sensationnel et touchant. Les avis positifs n’ont pas manqués non plus, mais j’avoue que je ne sais pas, je suis vraiment déroutée.

Pourquoi suis-je déçue ? Parce que je me suis ennuyé et que j’ai très vite déchanté  Que j’ai traîné au point de me dégoûter de cette lecture et de m’énerver.

Le résumé vend -selon moi- autre chose que le contenu. Et en raconte tellement que je trouve ça honteux ! Personnellement quand je lis le résumé, je me dis que Julia doit effectivement être une adolescente et je me dis de 15-16 ans.. sauf que NON ! Et autant je le dis et je le répète je n’ai aucun soucis avec les livres jeunesse, autant quand je m’attends à de la Young-Adult, ce serait bien que je n’ai pas à m’énerver dans une chronique parce que je suis énormément déçue d’avoir eu affaire à une pré-adolescente de 12 ans .. certes, c’est un détail, mais un détail qui prends assez vite son importance dans ce genre de récit.

Pourquoi me serais-je ennuyée ? Au fond là c’est une question qui change pour chacun, mais pour ma part je n’ai pas été captivée plus que ça parce que l’auteur nous conte. Ou plutôt parce que Julia nous raconte. Julia est une adulte et elle écrit pour raconter ce qu’il s’est passé cette année-là de ses douze ans où son univers à volé en éclats… Je pense que j’aurais pu être touchée, car l’histoire est assez triste au fond, mais du fait que je ne me sois pas du tout attachée à l’héroïne, ça n’a pas été possible…

Julia est énervante au possible. Pourtant quand j’étais à deux doigts de m’énerver contre elle, alors elle apparaît sous une image plus touchante et évidement je ne peux m’empêcher de compatir.. pour m’énerver de nouveau dix pages plus loin. Je ne saurais dire précisément quel est le souci, mais le fait est que ce personnage m’a dérouté ! Elle est à la fois immature et incroyablement mature.. c’est franchement mal dosé ! Ça m’a énormément perturbée, car je crois que j’ai deux trois points en communs avec elle, mais que du coup ça n’a pas arranger son cas. Ce n’est sans doute pas clair, mais au moins sachez que entre elle et moi l’affinité n’était pas au top !

J’aurais aimée qu’elle cesse de dire que tout était de la faute au Ralentissement, qu’elle ouvre les yeux et qu’elle voit que le monde n’était pas beau non plus avant le Ralentissement et que la plupart des drames qui l’ont touchée durant, l’auraient sans aucun doute touchée même avant ce dernier, voir même avec encore plus d’intensité. Qu’est-ce qu’elle a pu m’énerver sur ce point !

Il n’y a pas que du négatif, car elle m’a beaucoup plus plu quand elle était avec Seth.. (bien qu’elle soit encore une fois trop pénible pour que je ne parvienne à l’apprécier complètement) .. ah! Seth! lui m’a vraiment tapé dans le coeur… pourquoi n’était-ce pas lui le personnage central ?? (ceci est un cri désespéré je vous assure)

Sans m’attarder d’avantage sur tout ces détails qui m’ont incroyablement déçue, je voudrais dire que je ne le conseille pas. Si vous pouvez l’emprunter à la limite, mais franchement même en emprunt je crois que j’aurais pu regretter tellement je me suis ennuyée ; tellement la lecture intense que j’attendais à finalement été plus fade que jamais, tant son héroïne m’a énervé au possible, tant je ne pense pas partager le même sens des valeurs que l’auteur, tant j’aurais préféré avoir l’histoire de Seth ou de la prof de Piano que celle de Julia et de sa famille.. tant je suis déçue. Déçue d’être déçue.

Je ne garderai pas un souvenir impérissable de cette lecture, loin de là, mais je suis sur que je me souviendrais combien je fus fière de moi de l’avoir achevée jusqu’au bout et sans sauter aucun passages !

« L’âge des miracles » ne l’a pas fait avec moi. Je ne peux pas affirmer qu’il en sera de même avec vous, mais en tout les cas il ne faudra pas espérer d’avantage d’enthousiasme (c’est à dire inexistant) avec moi.

Publicités

Une réflexion sur “L’âge des miracles (Karen Thompson Walker)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s