Les 100, tome 1

Les 100, tome 1

Les 100 de Kass MORGAN
Editions France Loisirs
Lu en septembre 2017

Personne n’a posé le pied sur Terre depuis des siècles… jusqu’à aujourd’hui.

Depuis qu’une guerre nucléaire a ravagé la planète, l’humanité s’est réfugiée dans des stations spatiales en orbite à des milliers de kilomètres de sa surface radioactive. Aujourd’hui, cent jeunes criminels sont envoyés en mission périlleuse : recoloniser la Terre. Cela peut leur donner une chance de repartir de zéro… ou de mourir dès leur arrivée.

Clarke a été arrêtée pour trahison, mais son véritable crime continue de la hanter au quotidien. Wells, le fils du Chancelier, est venu sur Terre pour ne pas être séparé d’elle, cette fille qu’il aime plus que tout. Mais saura-t-elle un jour pardonner son parjure aux conséquences fatales ? Bellamy, au tempérament de feu, a tout risqué pour rejoindre Octavia à bord de la navette : tous deux sont les seuls frères et soeurs que compte encore le genre humain. Glass, elle, a accompli la manoeuvre inverse et est parvenue à rester à bord de la station. Elle va vite comprendre que les dangers qui la guettent sont au moins aussi nombreux que sur Terre.

Face à un monde hostile ou chacun reste rongé par la culpabilité, les 100 vont devoir se battre pour survivre. Ils n’ont rien de héros, et pourtant, ils pourraient bien être le dernier espoir de l’humanité.

17/20

|+| Comment vous expliquer combien j’ai adoré ce livre ??! C’est un coup de cœur ! Je n’aurais pourtant jamais cru aimer autant, si j’avais su je l’aurais lu plus tôt ! J’avais regardé quelques épisodes de l’adaptation série il y a quelques années sans être plus convaincue que cela, mais le livre est très différent et bien meilleur !
J’ai adoré le système de narration mis en place par l’auteure alternant les personnages et le présent et les flash back, non-stop, NON-STOP ! Il n’y a pas une seule pause dans ce récit haletant. J’ai adoré-adoré-sur-adoré. Je me suis énormément attachée aux multiples personnages que l’on suit. J’ai énormément aimé re-découvrir la Terre avec des yeux neufs qui n’ont jamais vu la nature avant ça, la nature soit les arbres, les feuilles, les fleurs, l’eau, la beauté dans son état pur, une beauté qui nous entoure, mais que l’on ne voit plus.
La fin est magistrale ! Je me fais une joie à lire la suite au plus vite !

|-| Ce récit serait parfait si Clarke n’avait pas ce caractère… à s’en arracher les cheveux ! Elle baigne en plein dans un triangle amoureux malsain plus que pénible, mais on lui pardonne parce qu’elle est quand même quelqu’un de bien !

Publicités

La vie est facile, ne t’inquiète pas

La vie est facile, ne t'inquiète pas bis

La vie est facile, ne t’inquiète pas de Agnès MARTIN-LUGAND
Editions Pocket
Lu en août 2017

Depuis un an que Diane est rentrée d’Irlande, elle a tourné la page sur son histoire tumultueuse avec Edward, bien décidée à reconstruire sa vie à Paris. Avec l’aide de Félix, elle s’est lancée à corps perdu dans la reprise en main de son café littéraire.

18/20

|+| Quel bonheur de retrouver le personnage de Diane qui m’avait tant marqué dans le premier tome. Ici, j’ai eu la sensation de vivre à travers elle tout ce qu’elle entreprend, vis, découvre, encaisse et décide. L’écriture de Agnès MARTIN-LUGAND est toujours un grand plaisir à retrouver. C’est fou à quelle vitesse les pages se tournent toutes seules. J’ai adoré l’intrigue amoureuse de ce second opus. J’ai trouvé ce second tome encore meilleur que le premier ! Et puis les deux dernières lignes sont un tel supplice, elles nous laissent deviner un si touchant avenir. Je suis conquise. Diane me manque déjà. Et Edward bien-sûr 😉

|-| S’il y a bien un point qui m’a dérangée durant ma lecture c’est cette manie constante de faire pleurer les personnages toutes les trois pages, certes la vie n’est pas si facile que ça pour eux, mais quand même ! Il y a des limites.

Les gens heureux lisent et boivent du café

couv

Les gens heureux lisent et boivent du café de Agnès MARTIN-LUGAND
Editions Pocket
Lu en juin 2017

« Ils étaient partis en chahutant dans l’escalier. […] J’avais appris qu’ils faisaient encore les pitres dans la voiture, au moment où le camion les avait percutés. Je m’étais dit qu’ils étaient morts en riant. Je m’étais dit que j’aurais voulu être avec eux. »

Diane perd brusquement son mari et sa fille dans un accident de voiture. Dès lors, tout se fige en elle, à l’exception de son cœur, qui continue de battre. Obstinément. Douloureusement. Inutilement. Égarée dans les limbes du souvenir, elle ne retrouve plus le chemin de l’existence. C’est peut-être en foulant la terre d’Irlande, où elle s’exile, qu’elle apercevra la lumière au bout du tunnel.

17/20

|+| Un roman qui hibernait dans ma Pile à Lire depuis une éternité et quelle idiote j’ai été de ne pas le sortir plus tôt ! Quelle magnifique histoire. Quel magnifique coup de cœur. Quelles merveilleuses émotions ressenties tout du long de ma lecture. Je n’étais pas parvenue à terminer un seul livre depuis six mois et puis voilà que j’ouvre ce dernier et que je le dévore en moins de 24h !! Qui plus est Agnès Martin-Lugand à une écriture magnifique tout en simplicité. Ne passez pas à côté je vous jure que vous ne serez pas déçu, émoi garanti. Je vais commencer le tome 2 dans quelques jours, je ne vous raconte pas ma hâte de retrouver les personnages !

|-| Il n’y en a pas un qui me viennent en tête à part peut-être cette fin si saisissante qui ne donne qu’une envie : lire la suite.

La vie secrète d’Eve Eliott

couv

La vie secrète d’Eve Eliott de Diane CHAMBERLAIN
Editions Pocket
Lu en octobre 2016

Mère de famille responsable, épouse comblée et psychologue compétente, Eve Elliott semble parfaitement heureuse. Mais son bonheur repose sur un mensonge. Vingt-sept ans auparavant, Eve, jeune femme fragile et influençable, participe à l’enlèvement de l’épouse du gouverneur de Caroline du Nord. Enceinte, l’otage meurt en donnant naissance à une petite fille. Pour Eve, ce drame marque un nouveau départ : elle décide de changer d’identité et d’élever l’enfant. Mais aujourd’hui, le secret menace de faire exploser la vie paisible de la citoyenne exemplaire qu’elle est devenue. Rattrapée par cette histoire, elle se trouve en effet face à un terrible dilemme : révéler la vérité, au risque de tout perdre, ou laisser la justice condamner un homme pour un crime qu’il n’a pas commis….

20/20

|+| Whaou juste whaou. Un roman d’une telle intensité à vous couper le souffle. Si captivant qu’il est presque impossible de le reposer. C’est fou comme j’ai adoré ce livre ! Diane Chamberlain m’a encore comblé, comme elle l’avait fait une première fois dans « Confessions d’une sage-femme« . Quel coup de cœur ! Une écriture magnifique au cœur d’un récit sans répit. J’ai été terriblement émue à plusieurs reprises. A lire absolument !

|-| Je n’en trouve aucun, même après des mois à l’avoir lu, l’histoire est toujours aussi fraîche dans mon esprit et mon cœur bat toujours aussi fort en y repensant.


Pour conclure, courez vous l’acheter, vous ne serez pas déçu !

Rose givrée

Rose givrée

Rose givrée de Cathy CASSIDY
Editions Nathan
Lu en juillet 2017

Jude, 13 ans, rêve d’une vie discrète et sans ennuis, ce qui est très difficile quand on a une famille comme la sienne : un peu givrée et très embarrassante.
Son père est capable de débarquer à une réunion parents-profs déguisé en Elvis Presley, et sa mère perd régulièrement les pédales. Alors, de peur que tout ça ne se sache, Jude refuse de laisser quiconque entrer dans sa vie, en particulier Carter, ce garçon qui s’évertue à être gentil avec elle.
Mais quand la situation déraille vraiment, Jude découvre que rien ne vaut l’aide de ceux qui vous aiment, et que même son cœur de glace est capable de fondre…

16/20

|+| Ahlala qu’est-ce que Cathy Cassidy ne cessera-t-elle jamais de me surprendre en bien ! On peut le dire, cette auteure à plusieurs cordes à son arc tout en restant dans des univers similaires et en touchant à des personnages comparables. Elle m’a encore une fois émue, captivée, fascinée, attendrie et convaincue ! J’ai adoré les personnages, j’ai adoré les valeurs autour de la famille, j’ai adoré les difficultés si réaliste auxquelles Jude est confrontée. Comme toujours ça se dévore et on a du mal à reposer le livre. Une nouvelle réussite ici.

|-| L’extravagance évoquée à certains moments du récit est parfois trop tirée par les cheveux à mon goût, mais je sais pertinemment que cela est fait exprès de la part de Cathy Cassidy, alors ce n’est pas non plus si négatif que ça.


Pour conclure, je vous conseille absolument ce nouveau roman unique de la reine des filles au chocolat ! 

Everything, everything

Everything

Everything, everything de Nicola YOON
Editions Bayard
Lu en juillet 2017

Ma maladie est aussi rare que célèbre, mais vous la connaissez sans doute sous le nom de « maladie de l’enfant-bulle ». En gros, je suis allergique au monde. Je viens d’avoir dix-huit ans, et je n’ai jamais mis un pied dehors. Un jour, un camion de déménagement arrive. Je regarde par la fenêtre et je le vois. Le fils des nouveaux voisins est grand, mince et habillé tout en noir. Il remarque que je l’observe, et nos yeux se croisent pour la première fois. Dans la vie, on ne peut pas tout prévoir, mais on peut prévoir certaines choses. Par exemple, je vais certainement tomber amoureuse de lui. Et ce sera certainement un désastre.

08/20

|+| Que vais-je pouvoir vous dire de plus de tout ce qui a été déjà dit sur ce roman si célèbre adapté récemment au cinéma ? Et bien, je n’ai pas aimé, mais nous y reviendrons après. Chapitres très courts et imagé de tout types de dessins, images, etc, ce qui permet une lecture facile et rapide. Ce fut l’histoire de 48 petites heures. 

|-| Bon. Pourquoi suis-je totalement passée à côté de ce roman qui est un coup de cœur général pour tous ? Allez savoir ! J’ai détesté les personnages, que j’ai trouvé froid et exagérés au maximum. Le gros mystère qui nous « tient en haleine » n’en était pas un pour moi, mais une pure évidence. J’ai eu un sentiment très désagréable de superficialité en lisant et tournant les pages. Je me suis ennuyée comme pas permis, de là jusqu’à m’endormir sur le roman. La dernière page tournée fut un véritable soulagement pour moi.


Pour conclure, j’ai encore la sensation que l’on nous a fait tout un foin d’un roman pour rien, mais alors vraiment RIEN. Je n’ai pas vu le film, mais pour ce qui est du livre non merci. Si la curiosité vous tenaille comme elle me tenaillait aussi, attendez bien sagement une sortie poche, ce sera plus prudent ! Une lecture que je vais vite oublier. Je me sens seule à avoir été déçue par cette oeuvre, mais je n’exagère pas mes sentiments (ou ressentiments plutôt) envers elle.

Le miroir se brisa

le miroir se brisa

Le miroir se brisa de Agatha CHRISTIE
Editions le livre de poche
Lu en août 2017

Qu’avait vu Marina Gregg ? Qu’avait-elle vu juste avant la mort de Mrs Babcock ? Elle regardait fixement le mur, près de l’escalier, et son visage s’était soudain crispé de terreur.
Puis elle s’était ressaisie pour retourner, souriante, à ses invités. Mrs Babcock avait pris un cocktail… et tout s’était enchaîné très vite. On avait d’abord cru à un étourdissement, à un malaise cardiaque… Quelques minutes plus tard, elle était morte… empoisonnée… Mais pourquoi ? Pourquoi Heather Babcock, une femme toujours prête à rendre service ? Evidemment, elle aimait fourrer son nez partout, mais de là à…
Qu’avait vu Marina Gregg ?

17/20

|+| Ah ! Quel plaisir de retrouver la plume d’Agatha Christie et l’intelligence de Miss Marple ! Voici ici encore une histoire fort bien ficelée. Qui aurait pu vouloir tuer cette si charmante Mrs Babcock ? Et si cela n’avait pas été elle la cible visée, mais à celui ou celle à qui appartenait réellement ce verre dans lequel elle a bu ? Haletant, non ? Comme toujours, les pages se tournent toute seules. L’alternance entre la vie bien tranquille et rocambolesque de Miss Marple et l’enquête mené par ce si vif et capable inspecteur Cornish est parfaite, juste dosée à la perfection. L’enquête est complexe, pleine de mystères et de possibilités et j’ai adoré cela. Mon plus gros point positif est bien sûr celui d’avoir réussi à deviner le coupable ! Petite fierté personnelle. J’ai visé juste à 100% ! Inspecteur Audrey aurait pu mettre elle-même les menottes aux mains du coupable ahah. En bref un excellent moment.

|-| Bon, évidemment il y a quand même deux trois points ou deux qui relève du négatif et de la déception. En effet, certains détails restent dans l’ombre et en total mystère même après avoir tournée la dernière page du roman. Il y a également eu quelques passages à vide, avec des longueurs assez tenaces, mais rien de bien méchant.


Pour conclure, je vous conseille absolument ce neuvième volet de Miss Marple, mais comme toujours je vous conseillerai de les lires dans l’ordre. A dévorer sans compter.