Rose givrée

Rose givrée

Rose givrée de Cathy CASSIDY
Editions Nathan
Lu en juillet 2017

Jude, 13 ans, rêve d’une vie discrète et sans ennuis, ce qui est très difficile quand on a une famille comme la sienne : un peu givrée et très embarrassante.
Son père est capable de débarquer à une réunion parents-profs déguisé en Elvis Presley, et sa mère perd régulièrement les pédales. Alors, de peur que tout ça ne se sache, Jude refuse de laisser quiconque entrer dans sa vie, en particulier Carter, ce garçon qui s’évertue à être gentil avec elle.
Mais quand la situation déraille vraiment, Jude découvre que rien ne vaut l’aide de ceux qui vous aiment, et que même son cœur de glace est capable de fondre…

16/20

|+| Ahlala qu’est-ce que Cathy Cassidy ne cessera-t-elle jamais de me surprendre en bien ! On peut le dire, cette auteure à plusieurs cordes à son arc tout en restant dans des univers similaires et en touchant à des personnages comparables. Elle m’a encore une fois émue, captivée, fascinée, attendrie et convaincue ! J’ai adoré les personnages, j’ai adoré les valeurs autour de la famille, j’ai adoré les difficultés si réaliste auxquelles Jude est confrontée. Comme toujours ça se dévore et on a du mal à reposer le livre. Une nouvelle réussite ici.

|-| L’extravagance évoquée à certains moments du récit est parfois trop tirée par les cheveux à mon goût, mais je sais pertinemment que cela est fait exprès de la part de Cathy Cassidy, alors ce n’est pas non plus si négatif que ça.


Pour conclure, je vous conseille absolument ce nouveau roman unique de la reine des filles au chocolat ! 

Everything, everything

Everything

Everything, everything de Nicola YOON
Editions Bayard
Lu en juillet 2017

Ma maladie est aussi rare que célèbre, mais vous la connaissez sans doute sous le nom de « maladie de l’enfant-bulle ». En gros, je suis allergique au monde. Je viens d’avoir dix-huit ans, et je n’ai jamais mis un pied dehors. Un jour, un camion de déménagement arrive. Je regarde par la fenêtre et je le vois. Le fils des nouveaux voisins est grand, mince et habillé tout en noir. Il remarque que je l’observe, et nos yeux se croisent pour la première fois. Dans la vie, on ne peut pas tout prévoir, mais on peut prévoir certaines choses. Par exemple, je vais certainement tomber amoureuse de lui. Et ce sera certainement un désastre.

08/20

|+| Que vais-je pouvoir vous dire de plus de tout ce qui a été déjà dit sur ce roman si célèbre adapté récemment au cinéma ? Et bien, je n’ai pas aimé, mais nous y reviendrons après. Chapitres très courts et imagé de tout types de dessins, images, etc, ce qui permet une lecture facile et rapide. Ce fut l’histoire de 48 petites heures. 

|-| Bon. Pourquoi suis-je totalement passée à côté de ce roman qui est un coup de cœur général pour tous ? Allez savoir ! J’ai détesté les personnages, que j’ai trouvé froid et exagérés au maximum. Le gros mystère qui nous « tient en haleine » n’en était pas un pour moi, mais une pure évidence. J’ai eu un sentiment très désagréable de superficialité en lisant et tournant les pages. Je me suis ennuyée comme pas permis, de là jusqu’à m’endormir sur le roman. La dernière page tournée fut un véritable soulagement pour moi.


Pour conclure, j’ai encore la sensation que l’on nous a fait tout un foin d’un roman pour rien, mais alors vraiment RIEN. Je n’ai pas vu le film, mais pour ce qui est du livre non merci. Si la curiosité vous tenaille comme elle me tenaillait aussi, attendez bien sagement une sortie poche, ce sera plus prudent ! Une lecture que je vais vite oublier. Je me sens seule à avoir été déçue par cette oeuvre, mais je n’exagère pas mes sentiments (ou ressentiments plutôt) envers elle.

Le miroir se brisa

le miroir se brisa

Le miroir se brisa de Agatha CHRISTIE
Editions le livre de poche
Lu en août 2017

Qu’avait vu Marina Gregg ? Qu’avait-elle vu juste avant la mort de Mrs Babcock ? Elle regardait fixement le mur, près de l’escalier, et son visage s’était soudain crispé de terreur.
Puis elle s’était ressaisie pour retourner, souriante, à ses invités. Mrs Babcock avait pris un cocktail… et tout s’était enchaîné très vite. On avait d’abord cru à un étourdissement, à un malaise cardiaque… Quelques minutes plus tard, elle était morte… empoisonnée… Mais pourquoi ? Pourquoi Heather Babcock, une femme toujours prête à rendre service ? Evidemment, elle aimait fourrer son nez partout, mais de là à…
Qu’avait vu Marina Gregg ?

17/20

|+| Ah ! Quel plaisir de retrouver la plume d’Agatha Christie et l’intelligence de Miss Marple ! Voici ici encore une histoire fort bien ficelée. Qui aurait pu vouloir tuer cette si charmante Mrs Babcock ? Et si cela n’avait pas été elle la cible visée, mais à celui ou celle à qui appartenait réellement ce verre dans lequel elle a bu ? Haletant, non ? Comme toujours, les pages se tournent toute seules. L’alternance entre la vie bien tranquille et rocambolesque de Miss Marple et l’enquête mené par ce si vif et capable inspecteur Cornish est parfaite, juste dosée à la perfection. L’enquête est complexe, pleine de mystères et de possibilités et j’ai adoré cela. Mon plus gros point positif est bien sûr celui d’avoir réussi à deviner le coupable ! Petite fierté personnelle. J’ai visé juste à 100% ! Inspecteur Audrey aurait pu mettre elle-même les menottes aux mains du coupable ahah. En bref un excellent moment.

|-| Bon, évidemment il y a quand même deux trois points ou deux qui relève du négatif et de la déception. En effet, certains détails restent dans l’ombre et en total mystère même après avoir tournée la dernière page du roman. Il y a également eu quelques passages à vide, avec des longueurs assez tenaces, mais rien de bien méchant.


Pour conclure, je vous conseille absolument ce neuvième volet de Miss Marple, mais comme toujours je vous conseillerai de les lires dans l’ordre. A dévorer sans compter.

Le réveil du coeur

Le réveil du coeur

Le réveil du coeur de François D’EPENOUX
Editions Pocket
Lu en juillet

Quand le Vieux accepte d’assurer la garde de son petit-fils Malo durant tout le mois d’août, ce n’est pas de gaieté de cœur. Il faut dire qu’entre le misanthrope solitaire et l’enfant de six ans, il n’y a pas seulement un fossé de sept décennies, il y a un gouffre, des siècles, un univers entier. Et pourtant… magie d’un lieu hors du temps, atavisme croisé, miroir des cœurs ? Ces deux-là vont s’apprivoiser, mais aussi se reconnaître l’un dans l’autre, dans une tendresse réciproque et un caractère affirmé qui fait fi des années. Grinçant, voire drôlement caustique quand il se place du point de vue du Vieux, émouvant et touchant quand il est vécu à hauteur d’enfant, ce roman aborde moins le conflit des générations que celui des époques : à quelle a une juger le monde où nous vivons ? Celle de l’histoire ou celle de notre histoire ?

0.5/5

|+| Personnages attachants.

|-| Hmm… Je ne sais pas comment vous expliquer à quel point j’ai détesté ce roman. Je me suis forcée à le finir, mais ça n’a pas été simple ! Je vous avoue même avoir sauté des paragraphes entiers voir même des pages. Je n’avais jamais vu un auteur faire autant de hors sujet ! Passer du coq à l’âne comme ça pour bien perturber le lecteur, je ne suis pas fan. Est-ce que j’ai envie qu’on me parle de serpent quand à la base on parlait d’une peluche (ceci est un exemple inventé de toutes pièces !).
Je n’ai pas réussi à entrer dans l’histoire, la plume de l’auteur est froide et particulièrement impersonnelle. Je n’ai pas du tout accroché et lorsque la dernière page tournée, ce fut comme si pleins de feux d’artifices festifs venaient d’exploser ; bon débarras ! Je suis peut-être un peu dur, mais vu le mauvais moment que j’ai passé, surtout quand on voit le prix des livres de nos jours, il y a de quoi l’avoir coincée dans la gorge.
Bref je déconseille, cette « si belle » histoire que nous promettait le résumé.

Tu peux sortir de table

Tu peux sortir de table

Tu peux sortir de table de Jessica L Nelson
Editions Fayard
Lu en juillet

L’anorexie dérange. Minimisée, elle ne serait qu’un effet pervers de la mode et de la publicité. Dramatisée, elle devient l’expression de tendances suicidaires. Mais, derrière la faiblesse du corps anorexique, rares sont ceux qui cherchent à déceler une éventuelle force d’âme. Dans toutes les civilisations, pourtant, existent certaines pratiques ancestrales du jeûne et de l’ascèse auxquelles sont volontiers associées les vertus du courage et de la maîtrise de soi. Les anorexiques d’aujourd’hui en seraient-elles dépourvues ? Ne font-elles pas preuve d’une volonté hors du commun dans ce qui s’apparente à une quête de pureté ? Pourquoi réduire leur sensibilité à un caprice ou à l’envie d’en finir ?. J’ai enduré l’anorexie et je ne le souhaite à personne. Je confirme qu’il s’agit d’une pathologie, qui présente en outre de graves dangers. L’anorexie doit être vaincue. Mais elle ne pourra l’être vraiment que si ceux qui la combattent reconnaissent aux anorexiques leurs qualités spécifiques
Biographie de l’auteur

2.5/5

Je désirais lire ce témoignage depuis longtemps ayant moi-même eu des troubles du comportement alimentaire (T.C.A).

|+| Ce livre est truffé de citations, d’extraits, etc, de plusieurs médecins, ainsi que de témoignages trouvé sur internet ou d’interviews réalisées auprès de jeunes femmes ayant elles aussi connues les TCA.
L’auteur s’appuie sur les paroles d’un nombre incalculable de personnes.
Jessica L. Nelson écrit bien, organise bien ses idées et sait où elle va.
J’ai beaucoup appris à la lecture de ce livre…mais, étrangement il m’a fallu une longue période pour le lire. Il m’a fallu plus de 4 mois pour en venir à bout.
Ce livre m’a énormément fait penser à un essai ou une étude plutôt qu’à un témoignage pur et ce n’était pas évident à lire un livre rempli de tant d’informations.

|-| Je reviens sur mon premier point positif qui est également mon premier point négatif : je m’attendais à un simple témoignage pour finalement me retrouver face à une étude approfondie des TCA et encore je suis gentille ; essai correspondrait également.
Comme je le disais dans mes points positifs j’ai parfois eu du mal à le lire, à suivre et autant oui c’est vrai que c’est un livre très intéressant avec ces nombreuses citations.
Intéressant, mais déroutant et c’est beaucoup trop d’informations à intégrer et cela gêne réellement la lecture.

Pour conclure, je ne classerai pas ce livre en tant que témoignage, bien que l’auteur témoigne sa propre expérience, elle s’attarde davantage sur de la recherche, des études.
Je ressens en refermant ce livre la sensation de sortir d’un long cours sur les troubles alimentaires.
Je suis incapable de conseiller ou déconseiller ce livre. Jessica L. Nelson a effectué un excellent livre et je n’ose imaginer la quantité de travail que cela a dû lui prendre.

Ce n’est pas à proprement parlé un témoignage et cela déplaira à beaucoup.
Si vous n’êtes pas fan de statistiques (ou autres type de données), passez votre chemin.

Le dernier jardin #1 Ephémère

Le dernier jardin, T1 Ephémère

Le dernier jardin de Lauren Destefano
Editions Castelmore
Lu en mai

Que faire de sa vie quand on connaît la date exacte de sa mort ?
Les scientifiques ont créé des enfants génétiquement parfaits, immunisés contre toutes les maladies. L’humanité a cru voir son avenir assuré…jusqu’au jour où le verdict accablant est tombé. Ces jeunes gens ont une espérance de vie incroyablement courte : 25 ans pour les hommes, 20 ans pour les femmes, sans exception. Dans ce monde désolé, des jeunes filles sont kidnappées et contraintes à des mariages polygames pour la survie de l’espèce.
Rhine, âgée de seize ans, a été enlevée de force à son frère. Elle se réveille enfermée dans une prison dorée, un manoir où des serviteurs veillent à ses moindres désirs. Malgré l’amour sincère de son mari et la confiance qui s’instaure petit à petit avec ses sœurs épouses, Rhine n’a qu’une idée en tête : s’enfuir de cet endroit.

2/5

Ce livre a été dans ma PAL depuis une éternité, sa sortie VF quoi… et je suis vraiment heureuse de l’avoir enfin lu, même si je n’ai pas tellement apprécié et que je ne lirai pas la suite de cette saga…

|+| Comme toujours pour commencer les points positifs, je souligne une très belle plume et c’est encore le cas ici. Je soulignerai même tout particulièrement ici avec le beau mélange fluide et magnifique.
Les descriptions sont impeccables, on s’y croirait presque !
Et à part ça ne me dîtes pas que vous n’avez pas craqué pour la couverture et le design de cet objet livre.

|-| Ah le négatif ! Je vous préviens tout de suite qu’il s’agit principalement d’affinités personnelles plutôt que de prendre mon avis au pied de la lettre.
Mon énorme soucis a été le manque d’originalité. Ce n’est pas la faute de l’auteur, car elle l’a écrit avant, mais (!!!) j’ai eu la sensation de relire La Sélection de Kiera Cass avec simplement des personnages différents.
J’ai repéré beaucoup (trop) de longueurs et… l’ennui c’est facilement imposé de lui-même.
Nous avons aussi un univers très intéressant qui malheureusement à mon goût n’est pas assez exploité, l’auteur ne va pas au bout de ses pensées et son idée de base s’étiole un peu au fil des pages. Ce que j’ai réellement détesté c’est cette sensation d’être perdue dans son récit. Et ça, ça ne pardonne pas

=> Pour conclure ? Beaucoup d’éléments très intéressants, mais trop brouillon et fade dans son ensemble !

 

Qui veut tuer Britney ?!

Qui veut tuer britney

Qui veut tuer Britney ? de Sean Olin
Editions Albin Michel (Wiz ; Suspens)
Lu en mai

Britney est populaire, blonde, belle et fragile. Elle sort avec Ricky, le brillant hockeyeur de l’équipe, qui l’adore. Lorsqu’il meurt assassiné, l’univers de Britney vole en éclats. Cette mort lui remémore la disparition tragique de sa mère quelques années plus tôt. Quand un autre de ses proches est tué, Britney vacille : à qui le tour ? Son entourage et l’inspectrice chargée de l’enquête commencent à s’inquiéter : Britney supportera-t-elle ce nouveau coup du sort ? Et surtout, si c’était elle la véritable cible du tueur ?

1/5

Un roman qui me tentait beaucoup depuis très longtemps ! Un thriller adolescent très intriguant. Alors ?

|+| Lecture accessible, remplies de scènes quelque peu gores qui m’ont fait frissonner dans le bon sens !
Le mystère est complet et s’épaissit énormément tout au long du récit et ça j’ai adoré. J’ai cherché, j’ai réfléchi, bref, j’ai littéralement enquêté durant ma lecture. 

|-| Pas mal de positif, MAIS tellement plus de négatif malheureusement.
Moi qui avais tellement envie de lire ce livre, je suis vraiment déçue.
Trop d’événements sans queue ni tête pour un final, une conclusion qui ne tient pas debout une seule seconde. Une fois la vérité dévoilée j’ai tout reconstituée dans ma petite tête et AU SECOURS.
Il y a une telle avalanche d’incohérences ; du grand n’importe quoi en somme ! Pourtant, en toute sincérité je pense que cela aurait pu être grandiose voir même génial et malsain comme j’aime, mais l’auteur c’est perdu dans son récit et ça ne tient absolument pas la route.
C’est vraiment dommage